La situation du confinement a précipité l’adoption des outils numériques. Si une majorité d’enseignants utilisent déjà le numérique pour rechercher des ressources et échanger au sein de leur communauté, le passage du présentiel au distanciel reste un défi pour une majorité.

Pourtant, le monde du digital learning n’est pas si inaccessible que l’on pourrait le penser. Les outils se sont beaucoup simplifiés et un grand nombre d’applications grand public peuvent être aussi utilisées à des fins pédagogiques. L’attitude à adopter est de partir sans à priori et de rester curieux. 

Voici 10 conseils pour démarrer le distanciel.

Conseil n°1 : Aller à l’essentiel

Le temps du digital learning n’est pas le même que le temps du présentiel. Souvent la règle est de diviser par 3 pour passer à distance.

Simplifier donc vos cours et contenus. Repérer les essentiels et mettez-les en avant.

Conseil n°2 :  Scénariser 

Que cela soit des exercices en autonomie ou une classe virtuelle, il n’y a pas de place pour l’improvisation.

Finalement tout se passe comme au cinéma : pensez à écrire votre plan de cours comme un storyboard avec le temps de lecture de l’exercice, le temps de réalisation, les interactions et les questions ultérieures.

Conseil n°3 :   Créer une communauté avec les élèves

Pourquoi ne pas tenter de réduire la distance avec vos élèves ? Donner le maximum d’exemples, de contexte et de sens à vos productions. Imaginez-vous à la place de l’élève : que vient-il chercher, comment va-t-il intégrer votre cours, comment va-t-il organiser son travail ?

Vous avez une occasion unique de créer une communauté et un lien fort avec vos élèves.

Conseil n°4 : Intégrer le mobile dans le processus de cours

L’attention est très limitée devant un écran. Les tentations de regarder son téléphone et autres « distracteurs » sont bien présents.

Selon vos convictions sur le sujet, vous pouvez en faire une force en intégrant le mobile dans le processus de cours. L’application en ligne Kahoot peut vous être utile pour créer des quiz, des QCM, des chats collaboratifs. Mais nous en reparlerons.

Conseil n°5 : Varier les rythmes

Pour éviter de laisser vos élèves en pause devant leur écran, ou devant leurs exercices imprimés sur feuille, pensez à prévoir des moments de “respiration pédagogique”, des changements de rythme de travail.

Vous pouvez proposer des exercices plus légers, moins denses, basés sur le jeu, ainsi que des temps d’échanges. Les journées à la maison sont longues pour eux aussi.

Conseil n°6 :  Devancer les questions des élèves 

Dans la mesure du possible, soyez réactifs et même proactifs, car vos élèves sont livrés en partie à eux-mêmes.

La notion du temps est différente en les apprentissages en présentiel ou en distantiel. Au regard des questions que vos élèves se posent, le temps est plus long en distantiel, ils ont donc besoin d’être rassurés et de réponses rapides à leurs questions par mail ou par chat. Ne pas hésitez à devancer leurs questions et à leur proposer votre aide même s’ils ne l’ont pas sollicitée.

Conseil n°7 :  Centraliser les questions 

En parlant des questions, vous pouvez optimiser vous aussi vos temps d’interactions. Les forums collaboratifs, les chat et groupes type réseaux sociaux (whatsapp, Facebook) sont d’excellents moyens de centraliser les questions et demandes particulières. Dites-vous que l’interrogation d’un élève peut profiter à toute la communauté.

Ainsi, vous pourrez consacrer une partie de votre interaction, par exemple, lors d’une classe virtuelle, à répondre à leurs interrogations et à approfondir les demandes particulières.

Conseil n°8 :  Ne pas négliger les médias traditionnels 

Si votre temps vous le permet, au-delà des mails pour assurer la continuité pédagogique, le téléphone c’est mieux. Essayez d’appeler régulièrement le foyer.

En cette période inédite et propice au stress, un temps téléphonique sera doublement utile d’une part avec les parents pour recueillir leurs attentes et leurs craintes, et d’autre part avec l’élève pour savoir s’il suit bien le programme établi et s’il a des questions particulières.

Conseil n°9 :  Apprendre par l’essai-erreur

Dans ce mode de transmission du savoir, plus que dans un autre les erreurs sont essentielles et productives. Loin de les diaboliser elles peuvent être, au contraire, mises en avant. Avec l’accord de l’élève, partagez-les avec le reste de la classe. Elles serviront à tous. Pourquoi d’ailleurs ne pas demander à l’intéressé d’expliquer comment il en est arrivé à cette inexactitude, et inciter les autres élèves à le corriger ? 

Le cerveau fonctionne comme cela par essai-erreur-correction-intégration.

Conseil n°10 :  Faire vivre une expérience unique 

Dans le contexte actuel, vous avez une occasion unique de créer un lien fort d’appartenance au groupe. Les moments de regroupement même virtuels permettront aux élèves de se re-connecter au groupe. Il est possible de créer des sous-groupes de travail, de présenter des exposés à la classe. 

Les moyens techniques sont là pour créer de l’émulation et du plaisir d’apprendre et de vivre ensemble.

Dernier conseil : Surtout faites-vous confiance. Les outils digitaux sont là pour vous simplifier la vie, ils sont désormais très intuitifs et facile à utiliser.

N’hésitez pas à nous partager vos retours d’expérience et vos questionnements pendant cette période particulière. L’apprentissage et la solidarité entre pairs nous permettront collectivement de progresser dans nos pratiques.